nfalcimaigne

Sep 142012
 

Montréal, journal EnsembleL’élection du 4 septembre 2012 a marqué un changement de règne en portant au pouvoir le Parti québécois, après trois mandats libéraux. Avant que les événements dramatiques que l’on sait se produisent au Métropolis, le journal Ensemble a interrogé Jean-François Lisée, Bernard Drainville et Marie Malavoy sur leurs orientations en matière de coopératives, d’économie sociale et de réforme démocratique.

Jean-François Lisée s'est adressé à ses partisans réunis pour célébrer sa victoire, chez Baptiste, sur la rue Masson. Photo: Nicolas Falcimaigne

Jean-François Lisée s’est adressé à ses partisans réunis pour célébrer sa victoire, chez Baptiste, sur la rue Masson.
Photo: Nicolas Falcimaigne

Ces entrevues font l’objet de la toute première chronique radiophonique du journal Ensemble pour cette saison. C’est Simon Van Vliet qui en assurera la réalisation, dans le cadre de Mais, l’émission, sur les ondes de CISM 89,3 FM Montréal.

La chronique hebdomadaire est disponible pour téléchargement et diffusion libre sur toutes les radios communautaires, d’économie sociale et/ou coopératives. Lire la suite »

Sep 022012
 

Trois-Pistoles, journal EnsembleVoter «stratégique» ou «avec son cœur», mardi prochain? À la veille de l’élection provinciale, le Parti québécois d’un côté, Québec solidaire et Option nationale de l’autre s’arrachent le vote des électeurs progressistes et souverainistes. Le mode de scrutin «majoritaire uninominal à un tour» force les Québécois à conjuguer dans un seul X sur le bulletin de vote le choix d’un chef d’État (pouvoir exécutif), d’un groupe parlementaire (pouvoir législatif) et d’un député qui les représente. Les voix n’ont jamais été aussi nombreuses pour demander qu’enfin ce système d’origine britannique soit réformé et modernisé pour que le résultat des élections reflète fidèlement la volonté populaire. Le journal Ensemble a demandé aux représentants des principaux partis ce qu’ils proposent pour remplacer ce que plusieurs considèrent comme une loterie.

Des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent pour dire que les institutions démocratiques québécoises ont besoin de plus que d'un ravalement de façade. Photo: Nicolas Falcimaigne

Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour dire que les institutions démocratiques québécoises ont besoin de plus que d’un ravalement de façade.
Photo: Nicolas Falcimaigne

«Le besoin de démocratie se fait sentir plus que jamais au Québec», explique Jean-François R. Ouellette, étudiant en droit qui complète une maîtrise en commerce électronique à l’Université de Montréal. Sa passion du web et du droit constitutionnel l’a amené à mettre sur pied un site de référence sur le projet de constitution du Québec: constitutionqc.org. Il y regroupe l’information et la documentation disponible à ce sujet. On y retrouve même depuis peu le premier projet de constitution déposé en 1960 par l’Alliance laurentienne. Lire la suite »

Sep 022012
 

Trois-Pistoles, journal EnsembleVoter coop, c’est possible? Mercredi dernier, le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) adressait ses demandes aux candidats à l’élection générale du 4 septembre. Le journal Ensemble a interrogé les principaux partis politiques pour connaître leurs engagements. Jean-Martin Aussant, chef d’Option nationale (ON), Benoît Charette, candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Deux-Montagne, Jean-François Lisée, candidat du Parti québécois (PQ) dans Rosemont, François Saillant, candidat de Québec solidaire (QS) dans Rosemont et François Tremblay, candidat de la Coalition pour la constituante (CPC) dans Taschereau, ont répondu à l’appel.

Derrière les pancartes, quelles sont les solutions pour les coopératives? Photo: Nicolas Falcimaigne

Derrière les pancartes, quelles sont les solutions pour les coopératives?
Photo: Nicolas Falcimaigne

«Géant économique, nain politique», le mouvement coopératif est reconnu comme l’un des facteurs qui ont permis au Québec de traverser la crise de 2008 sans s’effondrer. Les experts s’entendent sur l’importance de développer considérablement ce secteur. «Les coopératives et les mutuelles contribuent activement à la réalisation des objectifs économiques et sociaux d’un gouvernement, explique Hélène Simard, présidente-directrice générale du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM). Elles doivent donc bénéficier de conditions favorables leur permettant de déployer leur capacité de développement et leur assurer l’équité de traitement par rapport aux autres entreprises. Nous avons sept propositions qui peuvent aider l’État à stimuler l’économie, à répondre aux nouveaux besoins de la société, à créer des emplois et de la prospérité durable». Lire la suite »

Août 232012
 

Trois-Pistoles, journal Ensemble«Qu’est-cé qui s’est passé pour que ça vire de même?», répétera Mathieu Barrette, narrateur de sa pièce La Maison hantée. Évoque-t-il la suite d’événements qui a amené sa fresque légendaire à terminer seule la saison théâtrale de Trois-Pistoles? La tempête qui s’est levée sur l’Échofête et le naufrage de La Guerre des clochers ont fait de son auteur Victor-Lévy Beaulieu le pilote d’une épave. Resté à flot, la face au vent, Mathieu Barrette fixe le large avec une «tristesse sans nom» qui alourdit chacun de ses mots pourtant déjà torturés par l’histoire tragique de la Pointe-à-la-Loupe.

Aux côtés de Mathieu Barrette, Aurélie Brochu Deschênes assume un rôle de soutien plus grand que nature. Elle incarne la tenancière Florence qui gère les femmes de marins livrées aux abus des Anglais et des hommes qui fréquentent la maison, comme hantée de son vivant, pour survivre. Photo: Nicolas Falcimaigne

Aux côtés de Mathieu Barrette, Aurélie Brochu Deschênes assume un rôle de soutien plus grand que nature. Elle incarne la tenancière Florence qui gère les femmes de marins livrées aux abus des Anglais et des hommes qui fréquentent la maison, comme hantée de son vivant, pour survivre.
Photo: Nicolas Falcimaigne

À travers les tableaux enchevêtrés d’une trame narrative décousue, déroutant morcellement qui fracasse le cadre du conte, Mathieu Barrette expose l’extrême et funeste aboutissement d’un système colonial violent et corrompu. Il fait écho au Québec de nos jours, qui craque sous les neuf années d’un règne libéral criblé de scandales.

«Calice de beau pays, le Bas-du-Fleuve.» Mathieu Barrette accueille le public dans sa région natale. Au beau milieu du fleuve, trahi par Florent Basile, Antoine célèbre la beauté d’un coucher de soleil jusqu’à la noyade glacée qui l’attend, déterminé à mourir digne et heureux. Soliloque funèbre, moment d’éternité capturé par la répétition litanique qui étire la sereine angoisse du condamné. «Mort en paix, mais mort pareil Lire la suite »

Août 082012
 

Trois-Pistoles, journal EnsembleRetour aux sources inattendu, cette dixième édition de l’Échofête aura eu un retentissement inédit dans les rues de Trois-Pistoles. Privé du terrain habituel, près du fleuve, confisqué par l’administration du maire Jean-Pierre Rioux, le festival a défié la censure en s’installant en haut, près de l’église, du 25 au 29 juillet. Né d’une lutte politique pour empêcher la construction d’un barrage hydroélectrique sur la rivière Trois-Pistoles, le premier festival environnemental au Québec a renoué avec ses origines pour devenir le porte-étendard de ce printemps québécois devenu été.

Samedi matin, Victor-Lévy Beaulieu a tenu à accueillir personnellement Gabriel Nadeau-Dubois et Mikaël Rioux à son domicile de la route Nationale, siège des Éditions Trois-Pistoles, pour discuter de la polémique entourant la participation du jeune leader étudiant à la dixième édition de l'Échofête, premier festival environnemental au Québec. Photo: Nicolas Falcimaigne

Samedi matin, Victor-Lévy Beaulieu a tenu à accueillir personnellement Gabriel Nadeau-Dubois et Mikaël Rioux à son domicile de la route Nationale, siège des Éditions Trois-Pistoles, pour discuter de la polémique entourant la participation du jeune leader étudiant à la dixième édition de l’Échofête, premier festival environnemental au Québec.
Photo: Nicolas Falcimaigne

C’est un détail du programme qui a attiré l’attention de l’empire médiatique Quebecor. Philippe Duhamel, du groupe Moratoire d’une génération, devait donner un atelier intitulé Formation à l’autodéfense citoyenne, en marge du festival. La journaliste Stéphanie Gendron en a fait un article publié le 11 juillet dans l’hebdo régional, sujet repris à la une du Journal de Québec sous le titre Activistes en formation et orné d’une grande photo de Mikaël Rioux, président et cofondateur de l’Échofête. Lire la suite »

Juin 012012
 

Québec, journal EnsembleC’est à la toute fin de ce Forum coopératif de la Capitale-Nationale, tenu hier à l’Université Laval, que le recteur Denis Brière a annoncé la création d’une Chaire de leadership en enseignement (CLE) en création et gestion de coopératives et d’entreprises collectives, qui sera soutenue financièrement par la coopérative en milieu scolaire Zone. Organisé par la Coopérative de développement régional (CDR) Québec-Appalaches dans le cadre de l’Année internationale des coopératives, le forum a réuni 150 participants issus du milieu socio-économique et des coopératives de la région.

Robert W. Mantha, doyen de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval, Yves Kogovsek, directeur général de la coop Zone, et Denis Brière, recteur de l'Université Laval, célèbre l'annonce de la nouvelle chaire en face du tout nouveau magasin de la coop. Photo: Nicolas Falcimaigne

La nouvelle chaire sera dotée d’un budget d’environ 80 000 $ par année pendant cinq ans pour l’embauche d’un professeur et d’un montant équivalent en fonds de recherche dédiés, précise le recteur de l’Université Laval, Denis Brière. Il y voit une façon d’alimenter les curriculum des programmes existants, dans plusieurs les facultés. «C’est une chaire en enseignement, principalement dédiée à l’enseignement et au développement des méthodes pédagogiques pour pouvoir transférer des connaissances.», précise-t-il. Lire la suite »

Mai 232012
 

Sainte-Adèle, journal Ensemble«Prenez exemple sur Stephen Harper», a lancé le conférencier Jean-François Lisée aux quelque 80 participants au Forum coopératif des Laurentides cet après-midi. «Ils [les Conservateurs] se sont dit : « si on ne s’unit pas, au-delà de toutes nos chicanes, on ne sera jamais au pouvoir ». Si Stephen Harper l’a fait, alors qu’il est un peu psychorigide selon certains, je pense que les coopératives peuvent le faire.» M. Lisée a invité le mouvement coopératif à s’unir et à exercer un pouvoir politique auprès des élus. Le ton était donné pour ce rendez-vous régional organisé par la Coopérative de développement régional (CDR) Outaouais-Laurentides.

Jean-François Lisée a exprimé la nécessité de mettre en place des conditions permettant de favoriser un développement rapide du secteur coopératif, pour protéger l'économie du Québec des prochaines crises. Il a invité le mouvement coopératif à identifier cinq enjeux sur lesquels les candidats à la prochaine élection devront se prononcer, et à inviter les huit millions de membres au Québec à voter en conséquence. Photos: Nicolas Falcimaigne

En soulignant que les économies qui ont le mieux fait face à la crise de 2008 sont celles qui, comme le Québec, comptent beaucoup de coopératives, Jean-François Lisée a exprimé la nécessité de mettre en place des conditions permettant de favoriser un développement rapide du secteur coopératif, pour protéger l’économie du Québec des prochaines crises. Il a invité le mouvement coopératif à identifier cinq enjeux sur lesquels les candidats à la prochaine élection devront se prononcer, et à inviter les huit millions de membres au Québec à voter en conséquence. Lire la suite »

Mai 132012
 

Trois-Pistoles, journal EnsembleIl est impossible de gagner une élection au Québec sans avoir le soutien d’un grand groupe de presse. C’est ce qu’affirmait l’ancien président du Conseil de presse du Québec, Raymond Corriveau*, à l’émission Enquête diffusée le 3 novembre dernier à Radio-Canada. La conduite de l’État serait entre les mains de groupes financiers qui échappent au contrôle des citoyens, pensent plusieurs analystes dont notamment le journaliste et essayiste Hervé Kempf, la vitrine d’un système oligarchique contrôlé par quelques uns au profit d’une minorité.

Comment faire en sorte que le Printemps québécois ne soit pas capturé par la politique partisane, au seul profit de la prise du pouvoir par une formation politique? Photos: Nicolas Falcimaigne

À l’occasion du Printemps québécois, et au premier chef de la plus longue grève étudiante de l’histoire récente du Québec, la collusion entre les grands groupes de presse et le pouvoir s’est illustrée à plusieurs reprises. Elle a permis au gouvernement Charest de fixer l’attention des citoyens sur la grève étudiante, un sujet qui le fait progresser dans les sondages. La couverture sélective des épisodes violents de la grève, en plus de détourner l’attention du débat fondamental sur les frais de scolarité, a permis d’éclipser encore plus totalement les controverses qui mettent le gouvernement dans l’embarras: Plan Nord, gaz de schiste, exploitation pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent, exploitation de l’uranium, réfection de la centrale nucléaire de Gentilly 2, enquête sur l’industrie de la construction et la corruption. Lire la suite »

Mai 042012
 

Montréal, journal EnsembleLe 22 avril dernier, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues de Montréal pour marcher pour le Jour de la Terre. Dans plusieurs autres régions du Québec, les citoyens ont emboîté le pas. Deux jours après l’évènement, l’organisateur Dominic Champagne a accueilli le journal Ensemble chez lui pour une entrevue de fond sur les enjeux relatifs au Printemps Québécois et sur les défis à relever pour poursuivre le mouvement.

«Le Plan Nord, ce n’est pas strictement le plan de Jean Charest, c’est le projet des intérêts qui ont mis Jean Charest au pouvoir pour faire la promotion de leurs intérêts. C’est ça qui est en jeu. L’industrie gazière, l’industrie pétrolière, l’industrie forestière, l’industrie minière, l’industrie de toute l’ingénierie qui supporte ça, elle contribue à la caisse du parti.» - Dominic Champagne Photo: Nicolas Falcimaigne

Nicolas Falcimaigne, journal Ensemble – Que penser de la participation du public à ce grand rassemblement du 22 avril ? Comment cette aventure a-t-elle débuté ?

Dominic Champagne – Je suis très fier, très heureux et très fatigué de toute cette épopée-là. Pour moi, ç’a vraiment commencé avec la question des gaz de schiste, l’année dernière. Il y a quelque chose qui m’avait choqué dans l’attitude des gazières et du gouvernement, et dans le sentiment de résignation ambiant que je voyais chez les citoyens, un sentiment d’impuissance. Beaucoup de gens au départ me disaient : « Ça ne sert à rien, pourquoi tu fais ça ? » Parce qu’il ne faut pas se laisser faire. On était une poignée au début à essayer de créer des assemblées d’information dans les villages pour intéresser les gens aux gaz de schiste. […] Toute la question des gaz de schiste, ça m’a ouvert les yeux. Ce que j’ai fini par comprendre, c’est que ça s’applique à l’ensemble des ressources, au dossier du pétrole, au dossier des mines, au dossier des forêts… Il y a un enjeu qui est important, global, un enjeu de richesses collectives, dont le gaz de schiste, pour moi, a été le révélateur. […] Lire la suite »

Mai 022012
 

Wakefield, journal Ensemble«Quand toutes les localités du Québec vont avoir réussi à rétablir le courant civilisateur, le Québec va être un merveilleux coin de pays.» C’est sur ces mots du président d’honneur Claude Béland que s’est ouvert aujourd’hui à Wakefield, dans la vallée de la Gatineau, le Forum coopératif de l’Outaouais. Dans le cadre de l’Année internationale des coopératives, la Coopérative de développement régional (CDR) Outaouais-Laurentides a voulu faire de cet événement une vitrine pour trois initiatives qui ont vu le jour récemment.

Claude Béland a tracé l'histoire de la démocratie en décrivant l'alternance entre le courant primaire, qui s'est exprimé par les guerres et maintenant le néolibéralisme, et le courant civilisateur, qui s'incarne particulièrement dans le projet de société coopératif. Photos: Nicolas Falcimaigne

À partir de ces trois exemples de coopératives, qui contribuent à «rétablir le courant civilisateur», les participants ont discuté des enjeux de la diversification économique, de la vitalité des milieux et de la solidarité locale, ainsi que de l’identité et de l’appartenance.

Du bon lait fait par tout le monde

La célèbre Laiterie de l’Outaouais est une société à capital-actions dont sont actionnaires deux coopératives, annonce d’entrée de jeu le directeur général de la Coopérative de développement régional, Patrick Duguay. «La première est une coopérative de consommateurs dont les 700 membres consomment les produits, et s’engagent aussi à faire la promotion de cette laiterie et des produits régionaux, précise-t-il. La deuxième est une coopérative de travailleurs actionnaire qui regroupe les salariés de la laiterie, qui étaient cinq au début et qui sont maintenant 15 après 18 mois d’opération.» Lire la suite »